Samedi 27 janvier Boom latino américain

Frida Lola Alvarez Bravo

Frida Kahlo par Lola Alvarez Bravo

Finnca annonce la couleur pour janvier : café et Amérique Latine, avec mon premier atelier d’écriture dans cet endroit que j’affectionne !
Samedi 27 janvier, de 15h à 17h30, venez écrire en compagnie du poète et nouvelliste argentin Julio Cortazar et de la peintre mexicaine Frida Kahlo.
Poésie et image, une transversalité féconde pour É C R I R E en GROUPE !
Un atelier ouvert à toutes et à tous à partir de 16 ans, pour découvrir en s’amusant le mouvement du boom latino-américain, au fil des M O T S.
Réservation obligatoire :[contact-form-7 404 "Not Found"]
Mots et toile

Atelier d'écriture et mini-zine, Dijon, Black Market

J’animerai cet atelier d’écriture dimanche 22 octobre à Dijon, capitale de la moutarde et du bon vin ! L’extension du domaine de l’imaginaire se poursuit au Black Market
59 rue Berbisey
21000 Dijon
Je vous concocte pour l’occasion des propositions courtes et longues, décalées et impertinentes.
Autrices, créatrices engagées, j’aurai mon habituel attirail de femmes fortes têtes que j’ai toujours à cœur de vous faire découvrir ! Associé au fanzine toulousain À poil !, on ira voir aussi du côté de la peau, des corps et des mots…
Hybridation de textes tirés de livres de toutes époques,
Collages, découpages, haïkus, cadavres exquis… venez jouer avec les mots et les images et repartez avec votre création ! Minizine, livret, ou roman-photo (photos)…
Ça vous inspire ? Venez écrire, bricoler, et réaliser le vôtre !
Cet atelier est ouvert à toutes et à tous à partir de 12 ans.
Je vous y attends de 13h à 18h.
Participation libre mais nécessaire, matériel fourni.
Que vous connaissiez ou non mes ateliers d’écriture, vous découvrirez des propositions nouvelles, métissant les médiums et vous encourageant à bricoler, à jouer avec le Do It Yourself, sans perdre de vue la production d’écrits !
Cet atelier est réalisé en partenariat avec le fanzine À poil ! et le Black Market, où il se déroulera.
Pour toute question ou une résa, utiliser le formulaire ou le 0660937015
[contact-form-7 404 "Not Found"]
Mots et toile

Des filles à lire, des œuvres à suivre

DSC_3687

Des filles à lire, des œuvres à suivre


Au 2ème étage de la médiathèque José-Cabanis, le rayon BD adulte met en avant une toute petite partie de ses collections BD : celles faites par des filles. Je ne dois pas beaucoup me tromper en supposant que cette décision suit de près le coup d’éclat qui s’est produit dans le microcosme du FIBD, à savoir le départ de Riad Sattouf de la liste des nominés. Sa circonspection à l’égard du comité du FIBD devant l’absence de filles dans la sélection du 43e FIBD a fait l’effet d’un petit détonateur. Nombre de ses collègues masculins l’ont suivi : Daniel Clowes ou Joann Sfar, pour n’en citer que quelques-uns. Yep. Mais il n’y aura pas, pour le prix 2016, une seule nana dans la sélction, anyway.
La sélection de la médiathèque m’a permis de contempler d’un seul coup d’œil des pépites enfin rassemblées. J’ai pourtant du mal à me dire que le reste des rayonnages est bel et bien rempli de BD écrites, dessinées par des hommes. Il reste du boulot pour porter les voix féminines sur tous les fronts.

Tous les textes et photographies publiés sur chezliseron.com sont ma propriété. Merci de ne pas les reproduire, partiellement ou intégralement, sans me l’avoir demandé. Elise Vandel-Deschaseaux.
Mots et toile

Monologues du vagin, Eve Ensler

Partant d’un constat que le mot même de vagin est tabou, Eve Ensler s’en va défricher les terrae incognitae de l’organe copulatoire féminin. Elle fait ainsi tomber bien des tabous sur la sexualité des femmes. En dépouillant le vagin couche par couche, au fil de quelques deux cents entretiens, elle lui redonne une place et un droit de cité que beaucoup de civilisations lui refusent. Elle a entièrement recomposé ces entretiens pour ces Monologues du vagin. De journaliste, Eve devient écrivain-dramaturge et performeuse, récitant ces monologues sur les scènes de multiples théâtres, universités, cafés, salons du monde entier. Le matériau obtenu après les séries d’entretien, de discussions et de débats avec des dizaines de femmes est malaxé jusqu’à obtenir un résultat nuancé, subtil, profond, intime et primitif, ce passage en revue poétique, charnel, douloureux, jouissif, timide, chaste, sauvage, brûlant de la cavité vaginale.

Eve Ensler, Monologues du vagin

Eve Ensler, Monologues du vagin, Balland, Paris, 1999


Ensler et les femmes de sa génération (elle est née en 1953) ne disposaient, pour désigner leur sexe, que du « ça, là, en bas » tout au mieux pudiquement véhiculé oralement par les mères, tantes et cousines ; au pire de rien, ce rien qui vide de sa substance et qui dépossède.
Nommer c’est s’approprier, désigner, dire, décrire, construire, tricoter, donner une existence à, donner une forme à, situer quelque chose, renforcer sa présence. Taire c’est amoindrir, mettre en sourdine, démolir, saper, ravaler, se résigner, masquer, enfouir, nier, faire mourir quelque chose.
Lire les Monologues du vagin, c’est éclairer sa propre conscience sur ce que les femmes passent habituellement sous silence, leur sexe, et s’interroger sur le rapport que nous entretenons à notre propre corps et sexualité, avec un/une partenaire ou lors de pratiques onanistes. Les entretiens qui composent les Monologues rendent compte de la palette des femmes et de leur relation ou non-relation avec leur vagin.
En défendant le nom, en ayant proclamé des milliers de fois le mot vagin, Eve Ensler milite pour le respect de soi. Ses écrits féministes, évidents, qui coulent de source, ont rencontré un écho très large parmi les critiques, le public. Ils ont comblé un manque, ouvert un champ de l’exploration artistique et littéraire, décomplexé une partie de l’intimité féminine pourtant bavarde. Aujourd’hui, Eve Ensler poursuit son interrogation du corps, en particulier du corps féminin, à travers son oeuvre écrite, souvent mise en scène, tel que Un corps parfait.
De nombreuses femmes, artistes, écrivaines, plasticiennes, journalistes, vidéastes triturent leur lien au corps et en font oeuvre. Quelques noms qui me viennent à l’esprit :
Annette Messager
Louise Bourgeois
Gloria Friedmann,
Niki de Saint-Phalle
Frida Kahlo
Kiki Smith
Leïla Fréger
Régine Detambel
Nancy Huston
Nathalie Léger

Mots et toile