Nous ne savions pas ce que vos yeux regardaient

Téléphone de la manifestation: 05 62 30 23 30


  • 18 avril 2020
    14:30 - 17:30

Tout n’est qu’une question de regard… Dans l’exposition intitulée Nous ne savions pas ce que vos yeux regardaient, le commissaire Alexandre Curnier incite le public à caresser la réalité poétique déposée par les œuvres, au fond de nos yeux… Deux ateliers d’écriture vous sont proposés dans le cadre de cette exposition de printemps.

Mots et toile

Dropping words

Téléphone de la manifestation: 05 62 30 23 30


  • 31 août 2019
    15:00 - 18:00

Plasticienne du fil, Rieko Koga réinterprète le Sashiko, broderie japonaise liée à la prière.

Mots et toile

Finnca # 3 Atelier d'écriture

 

11-LolaAlvarezBravo-Ruth-RIvera-Marin

Lola Alvarez Bravo, Ruth Rivera Marin


 
Photo et poésie : 2 supports pour stimuler votre imagination le temps d’un atelier d’écriture riche en images et en traces ! Déliez vos mots au fil des photos de Lola Alvarez Bravo et de la poésie de Gabriela Mistral. Au Café Finnca – Espace de co-working Etincelle – 2, rue d’Austerlitz, M° Jean-Jaurès – 25€. Réservation obligatoire 0660937015.
[contact-form-7 404 "Not Found"]

Mots et toile

De mer et de pierre (quelques jours sur la Costa Brava)

Coquillage de Célestin

Coquillage, trésor de l’enfance


La Costa Brava est une destination qui a longtemps sonné à mes oreilles comme une formule éculée. Elle m’évoquait peut-être seulement les constructions bétonnées des années 1960 qui tendent à donner au lieu tous les qualificatifs imaginables sauf celui de Côte Sauvage … Cette image s’est petit à petit effacée, pour ne disparaître complètement qu’au printemps dernier, quand les week-end prolongés passés là-bas me firent démentir toute idée de ce genre sur l’endroit.
La Côte Sauvage et la Côte Vermeille sont les côtés espagnol et français du littoral catalan. Tout le long de cette étendue méditerranéenne regorge de réserves naturelles, terrestres et sous-marines.
Plage d'Empùrïes

Plage d’Empùrïes face à la baie de Roses


Durant ces vacances de Toussaint, j’étais à l’Escala d’Empordà, ville à l’extrémité sud de l’anse où se trouve la baie de Roses, en contre-point à Cadaquès. Outre les beeeelles plages de sable fin où il fait bon roussir au soleil d’automne, le coin regorge de spots « vieilles pierres ». Le site archéologique d’Empùrïès domine une très jolie crique. Les bons points de cette plage : des rochers que les enfants prennent pour des îles à explorer, des fonds marins intéressants à quelques mètres du bord (oui, oui, quelques mètres), des petits recoins pour être à l’ombre, pratique notamment avec de jeunes enfants. Sur le site archéologique, la partie hellénistique mise à jour dernièrement est dominée par la réplique du dieu grec de la médecine, Esculape, dont l’original est conservé au musée du site (en fait, son attribution prête toujours à querelles de spécialistes, mais je le dénommerai Esculape comme il est présenté sur le site).
Asclépios/Esculape, Dieu de la médecine

Asclépios/Esculape, Dieu de la médecine


La partie grecque, toujours, comprend cet ensemble remarquable de filtres à eau, que j’ai trouvé assez graphique.
Filtres à eau

Filtres à eau


En remontant vers les terres, à l’ouest de la surface découverte, on domine les parties tournées vers l’intérieur, où environ 80% restent à fouiller… tout un programme.
Empùrïès, nord de la ville romaine

Empùrïès, nord de la ville romaine


 
Empùrïès, crique

Empùrïès, crique. En face : la baie de Roses


En contre-bas du site, on peut suivre le chemin côtier entièrement balisé pour les vélos et les piétons, et descendre jusqu’à la mer, le tout compris dans un mouchoir de poche. Cette zone concentre énormément de richesses : naturelles, culturelles, historiques et gastronomiques. L’Escala était un port très actif qui a bâti sa prospérité sur la pêche et le commerce des anchois. Une conserverie d’anchois demeure d’ailleurs à la sortie de la ville, en direction de San Marti, et est très réputée. On y trouve même du garum, cette sauce à base de poissons en saumure que les Romains, dans l’Antiquité, utilisaient largement.

Mots et toile

Charlotte Perriand, mémoires solaires

« Rien n’est dissociable, ni le corps de l’esprit, ni l’homme du monde qui l’entoure, ni la terre du ciel », Ch. Perriand, Une vie de création, Odile Jacob, 2005, p. 17.

J’ai toujours aimé le travail de Charlotte Perriand. Ses réalisations en ameublement ou en architecture sont fonctionnelles, sobres et en accord avec l’environnement dans lequel elles prennent place : vie urbaine, stations d’hiver, appartements sous combles… Elle, la petite gamine de la Place du Marché-Saint-Honoré, bercée au milieu des tissus et des aiguilles, se souvient en un flash d’un épisode marquant pour toute sa vie future : vers l’âge de dix ans, un court séjour à l’hôpital lui fait détester l’appartement paré de bibelots de ses parents. Elle trouve ce lieu trop chargé à son goût et « pleure » parce qu’elle se sentait si bien dans les espaces blancs, dépouillés de l’hôpital.

Charlotte Perriand, Une vie de création

Charlotte Perriand, Une vie de création


De ce livre destiné à nous renseigner sur la formation, l’oeuvre et la vie de Charlotte Perriand, on ressort dynamisé, aiguillé vers des sommets de minimalisme, de fonctionnalisme et d’équilibre. J’entame avec grand bonheur la relecture de cet ouvrage qui retrace la vie foisonnante d’une jeune fille animée d’une joie créatrice hors du commun, bien déterminée à faire entendre sa voix dans un univers souvent dominé par les hommes -l’architecture- et pas des moindres, puisqu’elle travailla principalement avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret, mais aussi le peintre Fernand Léger.
Comment la définir ? Définitivement « moderne », en réaction aux dogmes traditionnels, c’est aux côtés de Fernand Léger, Pierre Jeanneret et Le Corbusier qu’elle lutte pour défendre un projet de l’art d’habiter où l’homme est au centre, et pas l’objet. C’est sans doute parce qu’elle a fait de ce précepte la ligne directrice de toutes ses recherches que les meubles qu’elle a dessinés et vu réalisés sont confortables et devenus des classiques du design aujourd’hui.
En parallèle, Charlotte Perriand s’empare des questions d’hygiène et de salubrité liées à l’habitat collectif. Les très mauvaises conditions de vie qui étaient celles de beaucoup de franciliens dans l’entre-deux-guerres mènent Charlotte Perriand à ce constat : comment habiter les villes au XXe siècle ? Pour la fillette d’ascendance savoyarde qui a grandi dans la campagne Bourguignonne jusqu’à ses trois ans, le grand air, le soleil et la présence des potagers sont fondateurs. Elle s’attacha à lier l’homme à ses environnements d’habitat et de travail. Plusieurs voyages au Japon (1940-1941, 1954) lui permettent de confronter ses projets d’ameublement et d’architecture avec les traditions japonaises dans lesquelles les matériaux diffèrent de ceux qu’elle connaît en Europe : la grande place occupée par le bambou et la maîtrise du papier, extrêmement présent dans l’ameublement nippon (papier de riz).
Récemment, Louis Vuitton a financé comme mécène « La petite maison au bord de l’eau » dont les esquisses préparatoires remontent de 1936 (quelques images). Décédée en 1999, Charlotte Perriand n’aurait pas dit non à un bon bain de soleil sur la terrasse centrale.
Charlotte Perriand, Une vie de création, Odile Jacob, Paris, 2005, 425 pages.

Mots et toile