Nos ateliers jettent l’encre !

Toulouse Ateliers écriture été 2022

En juillet et en août, nos ateliers continuent. Ils s’adressent à vous si…

Vous désirez essayer l’écriture en atelier. Vous écrivez déjà ou vous êtes prêt.e à vous lancer dans un atelier plus long. Dans un cas comme dans l’autre, les ateliers fonctionnent avec des groupes de 4 à 10 personnes, qui ouvrent leurs portes aux personnes curieuses et animées d’une envie d’écrire. Le déroulé d’un atelier se fait toujours en trois temps : la contrainte donnée, qui lance l’écriture et la lecture des textes écrits alors. Ces textes sont partagés, ils ne restent pas lettre morte ; les autres s’expriment sur les textes, avec sens critique et dans un esprit constructif avant tout. C’est primordial. Les commentaires ne sont là que pour faire grandir un texte, non pour affaiblir celui.celle qui l’écrit.

On a deux vies au moins. Une qui s’installe dans notre mémoire comme une pierre au fond de l’eau, et l’autre qui disparaît au fur et à mesure qu’elle se déroule comme si c’était vaporeux.

Je suis un écrivain japonais, Dany Laferrière

La formule du Centre Culturel Saint-Cyprien est faite pour vous si vous avez envie d’écrire au MATOU le jeudi 28 juillet de 13h45 à 16h45. Contactez le Centre pour vous inscrire au 05 61 22 27 77. 5€. Thématique : l’été, avec des textes de Villa Amalia de P. Quignard et Les Petits chevaux de Tarquinia de Marguerite Duras.

Deux jeudis dans l’été pour écrire l’exposition de Patricia Combacal à la Fondation écureuil pour l’art contemporain dans l’exposition « Je crois que les étés peuvent changer de peau ». 28 juillet et 25 août de 18h à 20h. Contactez directement la Fondation. 5€.

Lundi 11 et mardi 12 juillet. Fabriquer son propre livre d’artiste, c’est se faire artiste de l’écrit et de l’image. Écrire un texte original et le sublimer en le recopiant, manuscrit, sur une surface de papier qui reçoit aussi des signes graphiques : poésie du trait, poésie des mots, poésie de la trace. Je l’appelle livre de peu. Et cette appellation volontairement provocatrice désigne un livre entièrement manuscrit et manufacturé et l’art est perméable au quotidien. Dans la plus pure tradition des livres enluminés du Moyen-Âge, on se surprend à donner naissance à des livrets admirables, étonnants, colorés, texturés, qui tiennent dans un sac et s’exposent sur une étagère ! Une façon ludique et poétique de mettre en lumière sa créativité en deux et en trois D. À partir de 14 ans, tous publics, motivation requise 🙂 Tarif : 100 euros les 2 jours, matériel fourni, réservations au 06 60 93 70 15.

Lundi 25, mardi 26 et mercredi 27 juillet. Collage photo éros. Des ateliers d’écriture érotique à notre été tout aussi créatif, je voulais que la liaison de l’un à l’autre soit ardente, colorée, joueuse. 3 jours consacrés à du jeu formel et poétique, les mains dans les feuilles et dans les mots. La tête dans le fil rouge de l’histoire que chaque personne écrira. J’ai prévu des contraintes propres à cette fabrication « artisanale », à la fois fragile, noble et atypique. Unique !

Il aura la forme d’un livret A5, en papier kraft et/ou recyclé.
Une technique, un amusement, qui germent et s’épanouissent dans mes mains depuis quelques six années et que j’ai formalisés pour les partager.
Si vous aussi, vous donniez vie à vos envies, désirs, fantasmes par les collages et les mises en page ?
À partir de 18 ans. 130 euros. Matériel fourni.

Lundi 22, mardi 23, mercredi 24 août. Un stage ouvert à 5 participants qui viendront questionner, au long de ces journées d’écriture, de lectures et d’échanges, des thèmes et des techniques tels que :
– la phrase longue
– le passé et son traitement à la manière de Marcel Proust
– les choses qu’on garde
– les choses qu’on laisse
– par le passage du temps
– par le truchement de l’écriture. De 10h à 17h, 120 euros.

Lundi 29 et mardi 30 août. En choisissant la peinture pour traduire ses émotions, Edward Hopper choisit aussi un art hautement narratif. La peinture, c’est la narration. Joyce Carol Oates la prolifique s’inspire d’une toile du maître américain Hopper pour élaborer plusieurs fictions brèves. Son ouvrage Femme à la fenêtre paru chez Philippe Rey éditeur en 2020 montre les variations littéraires qu’on peut envisager à partir d’une même image. Alors, comment ne pas écrire lorsque de telles conditions – peinture, figure humaine, regard tourné dehors mais aussi à l’intérieur de soi, horizon cadré et pas tout à fait révélé, formes narratives brèves – sont réunies ? Le contenu : en 2 jours, vous écrirez 3 récits courts, selon des contraintes spécifiques à chaque étape, qui donneront 3 lectures et expériences différentes de la même image.

Rendez-vous lundi 29 août pour la toute dernière session estivale ! De 10h à 18h, 100 euros. À partir de 15 ans. Débutant.e.s et expérimenté.e.s. 100 euros. Réservations au 06 60 93 70 15.

Mots et toile

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.