…à vos agendas pour écrire en ateliers au printemps 2018 !

Je serai ravie de vous retrouver, de vous rencontrer, enfants, ados et adultes lors de mes prochains ateliers d’écriture de ce printemps 2018 ! Fuji Hanami

  • Samedi 24 mars « écrire en famille » Fondation écureuil 15h30-17h30 5€/famille, à partir de 8 ans, contact@caisseepargne-art-contemporain.fr 05 62 30 23 30
  • Samedi 31 mars « Festival Acts’Arts : L’improvisation » MJC Roguet – St-Cyprien 9, rue de Gascogne (participation libre) :
    • 11h-12h
    • 12h15-13h15
    • 14h15-15h15
    • 15h30-16h30
  • Samedi 7 avril « Siri Hustvedt#1 » Atelier Brooklyn – M° François-Verdier 28, rue Caraman 30€/personne 13h30 – 16h30
  • Samedi 14 avril « L’entaille de Humboldt » Fondation écureuil 15h30-17h30 5€/personne, contact@caisseepargne-art-contemporain.fr 05 62 30 23 30 = COMPLET
  • Jeudi 26 avril « Ta tasse de thé » atelier Céramique et Haïkus 10h-17h – 19 av. de Lespinet, co-animé avec Patrice Couget, céramiste. 70€/personne
  • Samedi 28 avril « L’entaille de Humboldt » Fondation écureuil 15h30-17h30 5€/personne, contact@caisseepargne-art-contemporain.fr 05 62 30 23 30
  • Samedi 5 mai « Siri Hustvedt#2 » La Firme – M° Jean-Jaurès 38, rue Caraman 30€/personne 14h30 – 17h30
  • Samedi 2 juin « Siri Hustvedt#3 » La Firme – M° Jean-Jaurès 38, rue Caraman 30€/personne 14h30 – 17h30
  • 13-15 juillet au Festival des Histoires Vraies (Autun), programme à venir !

Pour tous ces ateliers, le nombre de places est limité : prenez soin de réserver la vôtre !
[contact-form-7 404 "Not Found"]

Mots et toile

…écrire le Japon


Ados, enfants de 11 à 16 ans, venez écrire votre Japon mardi 27 février de 15h à 17h ! Listes et quotidien, photos et histoires à inventer… Cet atelier aura lieu Quartier Saint-Exupéry (le lieu vous sera communiqué lors de votre inscription). Tarif : 20 €/personne. Réservation obligatoire via le formulaire de contact ou au 0660937015.
 
[contact-form-7 404 "Not Found"]

Mots et toile

Thermae Romae, le manga qui vous plonge dans l'Antiquité !

DSC_1613

Thermae Romae, Mari Yamazaki, tomes I, II, III

Le manga trans-historique, la BD qui va-et-vient entre l’Antiquité et le Japon d’aujourd’hui ce sont les six volumes de Thermae Romae. Les nombreuses digressions didactiques de Mari Yamazaki sont présentées sous forme de notes de travail, qui affirment que les bains, la Rome Antique et le Japon sont inséparables. C’est un manga bavard, hyper documenté, j’ai envie de dire déjanté alors même qu’il représente une somme de travail colossale : ben voyez que l’un n’empêche pas du tout l’autre !

L’architecte Lucius Quintus Modestus, architecte de bains à Rome est doté d’une capacité magique au sens de « celui qui peut faire », de l’expert polyvalent. Cette clairvoyance doublée d’une soif de connaissances inextinguible pour son art le mène loin, très loin de sa cité romaine… enfin, vraiment, est-ce si loin que ça en a l’air ?

DSC_1614

Thermae Romae, Mari Yamazaki, tomes IV, V, VI

Mari Yamazaki campe Lucius dans un cadre historique fidèle au roman de Marguerite Yourcenar, les Mémoires d’Hadrien. Elle s’en est imprégné pour brosser la figure de l’empereur Hadrien. Là où commence le manga, Hadrien est déjà au soir de sa carrière politique, bientôt terrassé par la maladie. Seuls des bains quotidiens reculeraient -de peu- le moment de son dernier souffle. Lucius devient son architecte attitré. Il cherche par tous les moyens à lui proposer des bains thérapeutiques, dans lesquels la qualité de l’eau importe autant que le cadre où elle jaillit. Comme ses contemporains, Hadrien adore prendre les eaux. Alors, dès qu’il se trouve à court d’idées, Lucius se retrouve projeté dans le Japon d’aujourd’hui, pays de bains s’il en est. Il ramène les technologies et les agencements thermaux à Rome. Mille et uns détails sur la vie quotidienne dans l’Antiquité émaillent ce récit graphique et historique, qui donnent beaucoup de relief aux planches. Les moments japonais sont aussi d’une grande poésie, teintés d’une pointe de nostalgie… je ne vous en dis pas davantage : lisez-le !

Pour la petite histoire, le manga est une pratique graphique traditionnelle au Japon. Elle remonte au 14° s., lorsque les dessinateurs représentaient des scènes quotidiennes, des anecdotes guerrières ou des légendes sur des rouleaux longs de plusieurs mètres. Ils agençaient alors ces épisodes en séquences, au trait marqué par une grande économie de moyens. Cette façon de dessiner caractérise le manga qui signifie, dans son sens littéral : dessin dérisoire. Deux idéogrammes chinois, man et ga, qui selon certaines sources ont été accolés par Hokusaï au 19°s., veulent dire ‘dessins foisonnants’, et, par extension ‘dessin dérisoire’.

Obnubilée de la liste à tout crin, j’ai élaborée celle que j’associe à Thermae Romae :

Pensées pour moi-même suivi du Manuel d’Épictète, Marc-Aurèle (nombreuses trad. et éditions).

Mémoires d’Hadrien, Marguerite Yourcenar, Plon 1951 (nombreuses rééditions).

De l’eau tiède sous un pont rouge, Shohei Imamura, 2001 (sortie DVD en 2003).

Là, le cheval ne craint rien (comprend qui peut (ou qui suit)).

Thermae Romae, première parution en épisodes dans le mensuel japonais Comic Beam.

Éditions Casterman, tome 1 ISBN 978-2-203-04909-3, tome 2 ISBN 978-2-203-04910-9, tome 3 ISBN 978-2-203-05082-2, tome 4 ISBN 978-2-203-06040-1, tome 5 ISBN 978-2-203-06206-1, tome 6 ISBN 978-2-203-06207-8.

Toutes les images, tous les textes publiés ici {sauf mention contraire} sont ma production et ma propriété. Merci de ne pas les reproduire ou les utiliser sans m’en faire la demande.
Mots et toile

PIL de Mari Yamazaki

PIL, YAMAZAKI Mari, Casterman Écritures, 2013
Dans ce manga plus ou moins autobiographique, Mari Yamazaki nous fait suivre une adolescente au caractère déterminé, Nanami. Elle vit avec son grand-père dans leur maison familiale, tandis que sa mère, musicienne, séjourne longuement en Europe. Nanami a une conscience aiguë des différences sociales et reconnaît dans la musique Punk les revendications ouvrières qu’elle soutient. Fortement engoncée dans son lycée privé où « les filles sont toutes plus riches les unes que les autres », elle prend des décisions radicales et conteste les directives strictes et inconséquentes imposées par son lycée de bonnes sœurs.
L’intérêt de ce manga réside dans la relation profonde qu’ont tissée Nanami et son grand-père. Autant la jeune fille s’échine à économiser les maigres yens dont ils disposent, autant le vieux Tokushirô dépense sans se soucier du lendemain… Tokushirô et Nanami sont aussi malicieux et dotés de répartie l’un que l’autre. Les dialogues et les situations sont rebondissants.
PIL, Mari Yamazaki, Casterman écritures 2013, ©Sobisha 2011 pour la première édition. ISBN 978-2-203-06642-7.

Toutes les images, tous les textes publiés ici {sauf mention contraire} sont ma production et ma propriété. Merci de ne pas les reproduire ou les utiliser sans m’en faire la demande.
Mots et toile