Livres sous le sapin…


Avé, toutes et tous, la rentrée est là, les ventres sont replets, RunStatic sent le renfermé, les lampées bues hier pour accompagner la galette assignent vos neurones sous la barre du supportable et, pourtant, il faut bien y être. Pour vous donner un peu de courage, remémorez-vous les derniers souvenirs agréables de ces quinze jours passés. Comme les enfants, vous rêvez de retourner sous l’édredon jusqu’à point d’heure, de déchirer mille et un paquets cadeaux, de buller avec le champagne ou l’excellent crémant siffloté à l’envi. J’habite en ville, je n’ai pas de cheminée crépitante, ni de chat-bouillotte, mais une bibliothèque de mieux en mieux remplie 🙂 Pour tenir, ma carotte, c’est… de m’imaginer sous mon plaid préféré, à bouquiner 😉 Posez-vous cette simple question : « Ai-je eu des bouquins bien cool sous le sapin ? »
Cinq ont retenu mon attention, des bandes dessinées et un illustré. Je dois ces pépites à mes ami-e-s et famille, pêle-mêle Marion d’À Poil ! le fanzine, Mathieu de GasFace Magazine, Fred et Marina Vandel. Aujourd’hui, je vous mets en bouche avec quelques courtes impressions sur ces livres, que je développerai prochainement sous forme de chroniques dans le toulousain indispensable SuperFlux, webzine rédac-cheffé par mon ami Damien.

  • Découverte totale de Noah Van Sciver et son anti-héros Fante Bukowski, écrivain à la traîne, pour ne pas dire loser sur toute la ligne qu’il n’arrive pas à faire chanter. Une autobiographie à peine voilée…
  • Appétit de biographies de femmes follement comblé avec la Josephine Baker de Catel et Bocquet, sublime liane étincelante, figure amoureuse éprise de liberté.
  • Retrouvailles déjantées avec la scénariste Marguerite Abouet dans Commissaire Kouamé, foldingue aventure dans la Côte-d’Ivoire d’aujourd’hui (illustrations de Donatien Mary).
  • Premiers contacts avec la figure tourmentée du poète Gérard de Nerval, L’inconsolé, névrosé et psychotique poète avisé.

Femme à barbe

  • Attendrissements et joie avec Clémentine Delait, bistrotière vosgienne célèbre en son temps comme femme à barbe à la vie exemplaire.
Élise Vandel. Merci de ne pas reproduire tout ou partie du contenu de ce blog sans m’en faire la demande.
Mots et toile

Kiki, Reine de Montparnasse

« L’école de la vie est bien la meilleure école et c’est la seule que je désire suivre longtemps ». Kiki, Souvenirs retrouvés, p. 104.

Étude préliminaire pour noire et blanche. Kiki de Montparnasse, photographiée par Man Ray, image publiée pour la première fois dans « Vogue » (1926)

Alice Célestine Prin, alias Kiki de Montparnasse, fut la muse de tant de créateurs qu’il est impossible ici de les nommer tous. Et toutes. Posant inlassablement pour les peintres, photographes, sculpteurs, dansant dans les cabarets, elle fut élue Reine de Montparnasse ! Cette reproduction d’une photographie d’elle prise par Man Ray dans les années 20 à Paris est complètement intemporelle. Les lumières, les zones éclairées et plus sombres donnent une image élégante et drôle de l’éternelle insoumise qu’était Kiki. Elle eut une vie intense, dure, aussi pétulante et frivole que grave et extrême. En proie à un tas d’addictions (opium en tête, alcool, cocaïne…) Kiki balade son désir de bar en atelier. Elle devient le modèle chéri de Moïse Kisling, Alexander Calder, Maurice Utrillo, Fernand Léger, Léonard Foujita et Man Ray – entre autres. Deux très belles publications éclairent intelligemment la vie de Kiki de Montparnasse.
D’abord, le roman graphique produit à quatre mains par José-Louis Bocquet et Catel intitulé tout bonnement Kiki de Montparnasse. Dans cette biographie dessinée, ils rendent hommage à l’égérie du Paris des années folles avec douceur et profondeur. Catel Muller occupe dans le genre du roman graphique une place singulière, celle de la biographe des femmes fortes. Seule ou avec son comparse José-Louis Bocquet, sont déjà sortis de sa plume : Olympe de Gouges, Benoîte Groult ou, bientôt, Joséphine Baker.
Puis, Souvenirs retrouvés, que j’ai acheté à L’écume des pages, juste après avoir lu la très belle et instructive BD de Catel et Bocquet. Les Souvenirs retrouvés sont un condensé de la vie de Kiki, dont elle a rédigé la version définitive en 1938. J’ai lu ses Souvenirs  comme une merveilleuse odyssée. Tantôt on vogue, on tangue, on coule, on surnage puis on refait surface, porté par la même houle qui fait chavirer l’auteure. Elle possédait une facilité d’écrire, un style leste et dansant qui vous prend comme une valse. Les Souvenirs retrouvés sont la pépite qui a brillé au milieu d’archives et de cartons, distingués seulement par une banale étiquette portant l’inscription « infiniment précieux ». Les éditions José Corti ont eu le bonheur de publier ces mémoires en 2009. Je vous en recommande chaleureusement la lecture.

Kiki de Montparnasse, Catel Muller, éditions Casterman, coll. Écritures, 2007.
Souvenirs retrouvés, Kiki de Montparnasse, José Corti, 2009.

Toutes les images, tous les textes publiés ici {sauf mention contraire} sont ma production et ma propriété. Merci de ne pas les reproduire ou les utiliser sans m’en faire la demande.
Mots et toile