Cycle : My name is George

Ne pas exploiter ses talents ; ne pas vivre pleinement, c’est mourir.

Aurore Dupin, baronne Dudevant dite George Sand.
Illustration de Marina Vandel Francesca Woodman pour les femmes inspirantes My Name is George Le cabinet d'écritures d'Elise Vandel tous droits réservés 2018-2019
Francesca Woodman, ill. Marina Vandel,
Femmes créatrices au travail. D.R.

My name is George, reflète une partie de ma vie de lectrice. Insatiable, qui ricoche d’une phrase à l’autre. Curieuse, qui rebondit d’une idée à l’autre. Passionnée par les vies, les grands moments qui les font et les petits riens qui les subliment. Voilà pourquoi j’ai conçu ce cycle d’ateliers d’écriture dédié à toutes à partir de 16 ans. Je l’ai voulu en non mixité.

Écrire en non-mixité

J’ai voulu que chaque atelier de ce cycle se fasse en non mixité. Pourquoi ? La parole des femmes, souvent délayée, loquace, n’a pas de véritable espace d’expression en tant que débat qui germe sur un terreau créatif. Il y a, bien sûr, de formidables espaces, thérapeutiques entre autres. Or, l’espace offert par My name is George entend décloisonner les frontières entre l’art et la vie, par la pratique de l’écriture. Là où se dépose une parole née d’un b(r)ouillon qui passe par les mots inscrits et les textes lus.

Femmes, marchez d'un bon pas !
Palais de Justice, Toulouse, Femme qui marche.

Retrouver sa part créative

Animatrice d’ateliers, je recueille bien des paroles qui, silencieuses, dans les textes, qui, chantantes, dans les voix, trouveraient à s’accorder dans l’harmonie d’un atelier conçu pour être un lieu de création, d’échange, de partage et de complicité. Alors le cycle, c’est la possibilité régulière de retrouver sa part créative, au travers de l’écriture, à raison de dix mois, deux fois par mois.

Femme lisant, D.R.

Qu’écrit-on ?

Tout d’abord, c’est un éloge de la femme que vous êtes. Il se construit à partir de portraits brossés sur des vies inspirantes, qui donnent la matière à l’écriture. Là, les femmes racontent en écrivant de la fiction. Car, en filigrane et sous couvert de fiction, c’est nous-mêmes que nous racontons. Que nous nous émerveillons. Ainsi, toutes ces femmes qui prennent vie sous votre plume vous font exister davantage. De cette manière, et avec elles, au sein d’un groupe, vos textes naissent et la parole circule. Un atelier d’écriture libératoire et jubilatoire, où se restaure l’individu créatif enfoui en chacune. Les moyens utilisés sont la structure du langage, la construction du texte, qui tisse progressivement une histoire dont tous les fils sont reliés.

5 thèmes, 20 ateliers

Pour finir, My name is George se découpe en 5 thématiques : Aventurières, Inattendues, Dans le viseur, Plasticiennes et Femmes de plume. Cela correspond au chemin sur lequel je veux vous emmener par l’écriture et au cours desquelles vous collectez des outils pour écrire de façon créative et poétique.

Mots et toile

Aujourd'hui : 2è atelier d'écriture autour de l'exposition H.A.D.

haguiko
Exposition Jean-Pierre Viot et Haguiko, Fondation d’entreprise Espace Écureuil, crédit photo : François Talairach.
Samedi 7 janvier 2017 aura lieu le deuxième atelier d’écriture élaboré autour de l’exposition « Hier, aujourd’hui, demain », présentée à la Fondation Écureuil jusqu’au 25 février. Il est COMPLET.
Néanmoins, je tiens à vous présenter les grandes lignes de ce deuxième volet qui fait le trait d’union entre hier et demain.
Signe et sens, aujourd’hui qu’est-ce qui nous habite et comment nous l’habitons ? Comment faire signe et laisser trace pour demain avec l’humus d’hier ?
Des extraits de textes de Roland Barthes et un poème d’Eugenio de Andrade nous emmèneront vers le haïku, petit instantané, pris sur le vif.
Sei Shônagon, Christa Wolf et Daniel Leclercq nous entoureront de leur écriture-refuge.
Puis nous écouterons nos perceptions, nos émotions, nos ressentis – qui influent notre rapport, nécessairement subjectif, à la couleur qu’Auguste Renoir nomme si joliment.
Mots et toile

Forêt de fûts

Théâtre Sorano

Théâtre Sorano, allées Jules-Guesde, Toulouse


Des fûts rangés en rang d’oignon devant la façade rosie de plaisir d’entendre toujours les mots dits sur les planches. Didascalies, dialogues, discours. Entre les troncs de béton résonnent les voix claires, rauques, graves, aiguës – qui ricochent entre les troncs pleins de dires.

Tous les textes et photographies publiés sur chezliseron.com sont ma propriété. Merci de ne pas les reproduire sans me l’avoir demandé. Elise Vandel-Deschaseaux.
Mots et toile

Vis-à-vis

Parapet

Parapet


Auréoles dissolues dans le liquide nappé de pierres râpeuses, une strophe minérale avant l’autre devant l’étendue trouble.
 

Tous les textes et photographies publiés sur chezliseron.com sont ma propriété. Merci de ne pas les reproduire sans me l’avoir demandé. Elise Vandel-Deschaseaux.
Mots et toile