Écritures d’adolescence

Va dans ta chambre ! Association Télémaque Occitanie. Fondation écureuil pour l'art contemporain, Toulouse, 16 février 2019.

Un groupe d’adolescent-e-s motivé-e-s pour aller dans leur chambre. Chambre d’emprunt, rêvée, vécue, adorée, abhorrée… Autant de chemins qui furent empruntés par les mots et par les paroles échangés, nombreux, ce samedi à la Fondation écureuil.

Tout commença avec Élisabeth, une adolescente fan de films d’horreur. Bouh, l’horreur est horrible, laide, ignoble, puante comme un camion de poubelle qui passe le soir, j’aime prendre soin de moi, je suis maniaque quand c’est ma chambre, je n’aime pas le désordre mais dans les autres je m’en fiche, s’il rentre dans ma chambre, tant qu’il ne salit pas, je ferais l’aspirateur et le balais pour que Sorenza rigole et chante dans Toulouse est la plus grande ville de Midi-Pyrénées avec sa population est assez importante. Khadidja demande quand l’air d’un petit garçon tout chou mignon malin et curieux de tout. Sophia était en retard ce matin. Samedi est passionnant, j’aime beaucoup, pas comme dimanche, c’est le jour des réunions de famille Origami comme la famille d’Abdelmajid c’est un cône de glace avec des boules jaunes et rouges, vertes, violettes et orange sont mes couleurs favorites.

T’arrête de faire des bêtises en classe, Samine, je serai obligée de te punir, te gronder mais ça ne m’atteint pas tant qu’il pleuvait dehors. Je mangeais du camembert de Normandie au lait cru entier et gras, sale, je n’aime pas, je veux que ça soit propre au début puis toute parsemée de brins de poussière. Atchoum ! C’est Marie qui éternue, elle avait les yeux rouges comme les écailles des poissons rouges du bassin dans ma chambre ça sera parfait, ma chambre sera parfaite. La cuisine en revanche est moche, c’est dommage. C’est bizarre d’écrire à la suite quand on n’a pas le contexte. Aujourd’hui, je serai un assassin pendant 24 heures dans cette chambre, pour se reposer, se relaxer et lire et écrire des poèmes avec des écrivains et Victor Hugo, un des énormes écrivains comme Stendhal ; la nuance entre le rouge et le noir, c’est de l’art.

Isabelle a perdu ses baskets. Elle marche pieds nus dans cette exposition, il y a onze chambres magnifiques mais très différentes, mais uniques. La verdure est apaisante parce qu’elle enchante de vous connaître, belle femme, merci beaucoup, gentleman farmer, une botte de foin où je cherche une aiguille, ça m’a fait mal aux pieds quand elle est rentrée dehors pour découvrir une grotte qui s’anime et brille comme un Iphone 10 sortit de son écrin, tel un cheval noir avec les cheveux doux et une grue brune aux longs cheveux de miel et d’or, des grands yeux éblouis par la nuit à coup de lumière mortelle. Si tu oses poser tes fesses sur cette chaise à piquants, ça fait froid dans le dos, je n’aime pas forcément. Élise est une super guide ! Trouver un nouveau mot ? Mais ce ne sont que des paroles en l’air ! Et moi, je suis terrienne, donc pas extraterrestre, et je suis originale. Ahahah ! Quels clowns tout drôles ! Je reviendrai ! Ahahah !

L’été au bord de l’eau, avec de la musique, la vie est belle, une femme aux yeux bleus a une énorme poche lumineuse, car le parasol me protège de cette journée caniculaire, mais dans la chambre vieillotte, c’est très froid, c’est pas mon style de mec ; c’est avec les cheveux bouclés, métis et grand. Tout est extravagant, ici, c’est ce qui est cool ! La vie est cool ! Martine à la montagne est relax, sur une planche, avec le soleil qui frappe et la mer froide, glacée, et chaude, égale à de l’eau tiède, non potable, et des petits viennent visiter la chambre car Yasmine est inspirée, et pleine d’imagination, c’est super enthousiasmant, je suis vraiment contente, c’est ce que je rêve du jour où mon prince viendra, car il me prendra mon téléphone et, par sécurité, c’est pas rassurant. C’est même effrayant, terrifiant, horrifiant, Freddy Kruger est le meilleur tueur en série.

J’aimerais avoir une chambre rose, girly, très cocooning moderne. Je déteste les courgettes. Mais je préfère les brocolis. Il faut aussi des carottes, du lait, du camembert et voilà ! Demain je suis partie chez ma copine et je lui ai dit, « mais mince ! Il doit avoir oublié que j’ai sorti le chien, sans laisse ni muselière, mon gros toutou des Pyrénées ». mais je préfère les Alpes, moi. J’ai envie de pouvoir avoir une grande chambre toute seule, comme la lune entourait des milliers et des milliers d’étoiles tel le soleil qui est notre étoile dans le système solaire. Je me sentais oppressée, donc je suis partie à Ikéa pour prendre des meubles pour ma chambre, si belle, si grande, si merveilleuse, à l’avenir, ressemble à un champ d’ampoules en mille morceaux, de gâteaux comme Julie nous a ramenés aujourd’hui, nous sommes le samedi 16 février 2019…

Premier samedi sans DS… Premier week-end… Carotte… une courgette verte, grande, que j’ai acheté au marché hier soi à 6h30, je me réveille dans ma nouvelle chambre girly d’une pièce d’or avec pièce d’argent égale à une baguette exquise comme la fraise toute fraîche que j’achète le matin ensoleillé. Il ne faut pas s’énerver car Imen chante les rossignols comme à la plage, j’aime pas ça s’en va et ça revient, c’est fait de tous petits riens du tout, me saoule pas, là, ça suffit j’en ai marre d’avoir une chambre sale, à cause de mes frères, aimerais cette chambre intrigante et il m’embêtera plus ou moins moisi, dans le trou spatio-temporel du matelas comme ce qu’il y a dans l’exposition « Va dans ta chambre ! » est la meilleure expo du monde souterrain, plein de champignons de la forêt de Bouconnes, la Garonne, quelle région !

Je traverse cette exposition merveilleuse, cependant, ça fait peur de rien car j’ai confiance. Le chat parle japonais de Japon qui mange des escargots et de l’abricot moelleux. La grande échelle que j’emprunte pour monter ma table ! 3 heures pour déchiffrer le suédois, la prochaine fois, je vais chez Brico pour faire les courses et acheter une de ces chambres que j’aime bien ; c’est gothique. Heureusement que je ne suis pas gothique sinon ma chambre serait noire. Je mettrai une grosse ampoule multicolore au plafond, la peinture est belle, c’est chic et moderne. Une forme d’art qui doit plaire aux architectes et ingénieurs, deux travaux de mathématiciens comme mon oncle du bled qui a 42 ans jusqu’à 13 ans, je rêvais encore de vouloir une belle comme une fleur jaune et rouge dans mon jardin, forêt, savane, les plus grands endroits verts et bleu canard qui sent la lavande.

Arbre, plage, ballon, livres, panneau, table, exclamation, les points qui tapissent les murs de la chambre cependant la chambre avec un trou dans le lit ne me plaît pas. Pas possible de trouver une phrase qui commence par pas. Abdelmajid. Pourquoi la personne avant moi a écrit ça, je ne sais pas. Manger ses crottes de nez, c’est sale, de faire ça, le ciel bleu-azur au soleil brillant aux milles feux rouge et noir avec des barres de céréales délicieuses, je me régale avec ce succulent gâteau au chocolat, fraise, crème fouettée, praline et caramel, Miam ! Ces mille-feuilles sont exquis, de papier et de pâtisserie, de viennoiseries. Mais le traiteur n’est pas content comme Mr Gricheux quelqu’un qui vient de sortir de mon imagination. Je la puise partout et le sweat-shirt noir et rouge comme mes couleurs préférées, bref, ma chambre est la meilleure.

Mots et toile

Regards obliques

Salut gargouille

Salut gargouille


Gargouille implorant le regard de l’enfant qui passe, curieux. Elle n’a que son corps de pierre, maintes fois retravaillé, pour crier, pour onduler.

Tous les textes et photographies publiés sur chezliseron.com sont ma propriété. Merci de ne pas les reproduire, partiellement ou intégralement, sans me l’avoir demandé. Elise Vandel-Deschaseaux.
 
Mots et toile

J'atteindrai la Lune

J'atteindrai la Lune

J’atteindrai la Lune


Flotte Lune de plastique, vole Lune colorée. Tout en haut de l’araignée magique, nous allons bien t’attraper.

Tous les textes et photographies publiés sur chezliseron.com sont ma propriété. Merci de ne pas les reproduire sans me l’avoir demandé. Elise Vandel-Deschaseaux.
Mots et toile

Dans le viseur

Garonne

Garonne


Le fleuve dans le viseur – recréation du monde – récréation des ondes. Les bancs sont de sable, les promeneurs flânent, pieds massant tes berges.

Tous les textes et photographies publiés sur chezliseron.com sont ma propriété. Merci de ne pas les reproduire sans me l’avoir demandé. Elise Vandel-Deschaseaux.
Mots et toile

Cannisse

Cannisse

Cannisse


Le temps passe dans ta direction, tu regardes à droite, tu tournes à gauche, les raphias s’effilochent sur la ceinture du temps. Un panneau d’orientation te guide, tu préfères écouter ton rythme intérieur.

Tous les textes et photographies publiés sur chezliseron.com sont ma propriété. Merci de ne pas les reproduire sans me l’avoir demandé. Elise Vandel-Deschaseaux.
Mots et toile

Prairie des Filtres

 

Chantier

Chantier


Tôles bien belles de bleu, rutilantes de pastel, tôles toulousaines. Étoles de fer au milieu des terrains vagues des bords de fleuve.

Tous les textes et photographies publiés sur chezliseron.com sont ma propriété. Merci de ne pas les reproduire sans me l’avoir demandé. Elise Vandel-Deschaseaux.
Mots et toile

Sous le pont

Sous le pont

Sous le pont


Habitat de fortune. Non, ici : on ne pique-nique pas. C’est tous les jours la débrouille, la dèche, le litron à pas un rond. Sous le pont Saint-Michel, à deux encablures du Quai de Tounis, un quai tout beau, tout gai, l’humanité a de drôles d’allures : pas de visage, pas de nom, pas d’existence. Humanité absente.

Tous les textes et photographies publiés sur chezliseron.com sont ma propriété. Merci de ne pas les reproduire sans me l’avoir demandé. Elise Vandel-Deschaseaux.
Mots et toile

Pêcher un dimanche

Pêcheur du dimanche

Pêcheur du dimanche


Depuis le grand pont le petit ponton, la tête au soleil et les vaguelettes pour tout horizon. Il fait si beau que le soleil en écrase la Garonne. Et toi, qu’attends-tu ? Ablette, poisson-chat, silure, goujon ?

Mots et toile

Toulouse en septembre

Palais de Justice

Palais de Justice


Dimanche ensoleillé, journée pour découvrir le patrimoine, femmes et hommes qui marchent, seul, seule, seuls, seules – ou accompagné-e-s. Dimanche ville apaisée, boutiques moins gloutonnes, ombres étirées.

Mots et toile

Derrière la porte

Derrière la porte

Derrière la porte (Ramonville, Festival Arto 2015)


Cannisses, béton et chambranle, l’arrosoir jaune pleut des gouttes d’or sur le dimanche en fête. La route mène tout droit aux jongleurs, clowns, magiciens et funambules.

Mots et toile