Âmes slaves


Un tchétchène. Un russe. Quarante-six ans à eux deux. Les bombardements ont fait de leur cave un abri. Pas de maison à habiter. Il reste un corps à occuper, une âme à arpenter. Ils ont fui à talon perdu. Ils parlent tous deux la langue de Tolstoï, prosodie du lointain Oural. Ils marchent vers un lendemain qui conjure un hier défaillant. Ils ont une maturité d’avance et une sensibilité en étendard. Épaules droites, regards pétillants, pensée en mouvement, leurs mains jointes en calice dans lequel s’écrit le poème.

Résultat de recherche d'images pour "lande désolée après la guerre"

Lande désolée. Source image.

Merci de ne pas reproduire tout ou partie des images et textes présents sur ce blog sans m’en demander l’autorisation. Ils sont ma propriété. EVD.

A propos elise vandel

Écrivain public et animatrice d'ateliers d'écriture à Toulouse, ponctuellement à Lyon et en Franche Comté, j'écris pour vous et fais écrire les autres.
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Entrez vos mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s