Proposition d’écriture : portraits de femmes


 

wp_20170211_11_12_17_pro
Rogier Van Der Weyden, « Portrait de femme avec une cornette », ca. 1440 – Ralph Gibson, Déjà-Vu », 1972 (B.n.F. 2008 – 2009, « 70′, la photographie américaine »)

 

  • C’est une première pour moi que de proposer un thème d’écriture depuis mon blog. Si je suis habituée à répondre aux propositions des autres en atelier et en ligne – notamment aux appels à écrire de l’Inventoire – je n’en ai jamais proposé ici.
  • J’avais envie de sortir des propositions que je fais dans les ateliers en présentiel.
  • En effet, la proposition « d’écrire en ligne » est toute différente de celles des ateliers d’écriture :
    • une contrainte de temps moins serrée = vous pouvez envoyer vos textes jusqu’au mercredi 7 mars 2017 au soir
    • votre texte peut être repris, retravaillé, élagué, autant de fois que vous l’estimez nécessaire
    • une contrainte de signes = votre proposition ne devra pas excéder 7000 signes
    • un travail d’écriture en solitaire, à gérer comme on l’entend.
  • La journée de la femme, qui se tient le 8 mars prochain, forme une occasion rêvée pour laisser libre cours aux voix qui vous habitent, pour les laisser dialoguer avec ces deux visages énigmatiques, profonds, sereins.

 

  • La proposition que je vous fais est la suivante :
  • Truman Capote dépeint ses semblables avec cynisme, lucidité et humour : son écriture est tantôt au vitriol, tantôt nimbée de tendresse. Il trace ses phrases tantôt au scalpel, tantôt à la plume d’oie. Ce passage extrait de Portraits et impressions de voyage met en résonance deux femmes qu’il a bien connues, Liz et Marilyn.
  • « […] Je me souvins alors d’une conversation que j’avais eue avec Marilyn Monroe (non que j’établisse une comparaison entre Taylor et Monroe ; c’étaient deux oiseaux très différents, la première très professionnelle, du genre « c’est à prendre ou à laisser », et la seconde maladivement dénuée d’assurance, une primitive née douée). Mais Monroe avait une morale similaire : « Je ne crois pas à la sexualité de rencontre. À tort ou à raison, si un type me plaît, je me dis qu’il faut l’épouser. Je ne sais pas pourquoi. Idiot, sans doute. Mais c’est comme ça que je suis. Ou alors, il faut que ça ait du sens. Quelque chose d’autre qu’une simple rencontre physique. C’est drôle, quand on pense à la réputation que j’ai. Et que je mérite peut-être. Mais je ne crois pas. La mériter, je veux dire. Les gens ne comprennent jamais ce qui peut vous arriver. Sans qu’on soit vraiment d’accord. Intérieurement d’accord […]. »*
  • Si vous imaginiez ce à quoi pensent ces deux femmes ? Pour cela, laissez jouer vos premières impressions, vos sensations, les images que ces portraits convoquent en vous, les souvenirs qui s’esquissent, tenez compte du jeu des regards.
  • Penchez-vous sur ces deux portraits en buste, prenez le temps de l’observation, de la méditation, du rapprochement entre eux, de vous à eux ; de la distance.
  • Supposez la relation qui pourrait exister ou l’absence de lien entre ces deux personnes, leur contemporanéité ou leur éloignement ; ou, s’il s’agit, au fond, d’une seule et même femme…
  • Explorez les ambivalences, les contradictions profondes, les mystérieuses décisions qui font la richesse et la complexité de l’humain.
  • Débutez votre texte par : Les gens ne comprennent jamais ce qui peut vous arriver. Sans qu’on soit vraiment d’accord. Intérieurement d’accord.
  • Votre texte peut prendre la forme d’un poème (en évitant les rimes), d’une narration, d’une correspondance, d’un dialogue, d’une confidence, etc. sur un ton loufoque, décalé, irrévérencieux…

——————————

  • Merci de le faire parvenir à : elisevandel@gmail.com en indiquant le nombre de signes et votre signature. Si vous avez un site, un blog ou autre existence numérique, vous pouvez me transmettre l’adresse que je ferai figurer avec votre signature.
  • Les textes envoyés seront publiés sur ce blog, à partir du 10 février, afin de faire circuler vos écrits et créer une dynamique d’écriture. Vous pouvez aussi participer à cet appel à écriture et refuser de voir votre texte publié. Dans ce cas, je serai la seule à en avoir connaissance.

 

*Portraits et impressions de voyage, Truman CAPOTE, éd. Gallimard, N.r.F., collection Arcanes, 2008, pp. 44 – 45.

Propriété de chezliseron.com/ 2017.

A propos elise vandel

Écrivain public et animatrice d'ateliers d'écriture à Toulouse, ponctuellement à Lyon et en Franche Comté, j'écris pour vous et fais écrire les autres.
Cet article a été publié dans Notes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Entrez vos mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s