La Grande Réserve, Caspar David Friedrich (Vade-mecum 2)


La Grande Réserve, Caspar David Friedrich (1874-1840). Huile sur toile peinte ca. 1832, 73,5 × 102,5 cm.

Probablement ma madeleine de Proust en peinture : dans ce tableau composé comme une photo prise en grand angle, l’espace de la peinture est vaste, il tend vers l’infini. Les formes étendues des nuages répondent aux marais qui se dilatent sous l’effet optique de l’arrondi du sol. Le point de fuite amène notre regard à se concentrer sur l’horizon, matérialisation de l’infini dans le genre du paysage peint. La ligne bosselée dessinée par la cime des arbres contraste avec les deux espaces supérieur et inférieur qui la bordent, le ciel et le sol. C. D. Friedrich a mis son expérience de théosophe au service de sa peinture : ses paysages sont emprunts d’une forme immense de sagesse parfois inquiétante, parce que questionnante. L’homme y figure la plupart du temps en petites dimensions, seul dans un monde vaste, dont la connaissance doit se défricher, par strates. L’équilibre formel et chromatique de cette toile me procure encore un grand apaisement quand je la regarde.

A propos elise vandel

Écrivain public et animatrice d'ateliers d'écriture à Toulouse, ponctuellement à Lyon et en Franche Comté, j'écris pour vous et fais écrire les autres.
Cet article, publié dans Bouillon de culture, Peinture, Vade-mecum, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Entrez vos mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s