Atelier d’écriture # Jim Harrison


Jim Harrison adorait les grands espaces du Montana où il a vécu une grande partie de sa vie. J’aime les espaces dimensionnés aux géographies françaises, et particulièrement les lacs et les rivières. C’est vers l’élément aquatique, sauvage que je vous emmènerai samedi 20 mai, en écriture et en partage. Nous en avons fort besoin ces temps-ci, ne mettons pas de côté notre empathie et notre besoin de liens ! Venez écrire en atelier !

Cet atelier est le 4° d’une série de 5 consacrée aux auteur-e-s américain-e-s. Nul besoin d’avoir participé à d’autres ateliers d’écriture ni d’avoir lu Jim Harrison. Je bâtis à chaque fois des propositions nouvelles qui vous permettent d’arpenter votre imaginaire en empruntant le chemin d’écritures autres.

Jim Harrison, Mozart of the Prairie, Mc Donnell

Je vous donne rendez-vous samedi 20 mai de 14h30 à 17h / 28, rue Caraman, 31000 Toulouse / M° François-Verdier / tarif 21€

Les textes et images publiés ici sont ma propriété, sauf mention contraire. Merci de ne pas les reproduire, partiellement ou totalement, sans m’en avoir fait la demande. EVD.

 

Publié dans Atelier d'écriture | Laisser un commentaire

…Et pour toujours : morceaux choisis


Il y a quelques mois, se tenait l’exposition HAD – Hier Aujourd’hui Demain à la Fondation Espace Écureuil. Maintenant, le 25° projet pédagogique « … Et pour toujours » donne à voir les travaux d’élèves de tous âges qui ont travaillé cette année en écho à la terre telle que Jean-Pierre Viot et Haguiko la façonnent, la colorent, la cuisent. J’y ai animé 3 ateliers d’écriture avec des adultes et je suis heureuse aujourd’hui de rencontrer les travaux des élèves. Le dialogue avec les œuvres draine des impressions, des émotions, des regards – ne vous privez pas de poser le vôtre à l’espace Écureuil, jusqu’au 10 juin 2017. Des extraits de textes produits lors des ateliers d’écriture sont lisibles ici. Pour longtemps !

Publié dans Atelier d'écriture, Fondation écureuil, Notes | Laisser un commentaire

Microfiction


Vengeance de la pelouse

La vengeance de la pelouse, Richard Brautigan, Christian Bourgois, 2003

Voilà un genre tombé dans un oubli fâcheux, la microfiction. Félix Fénéon lui a donné ses lettres de noblesse dans un magistral petit opus, réédité aujourd’hui en édition de poche Biblio et préfacé par la passionnée et malicieuse Régine Detambel. Vous en trouverez plusieurs extraits à lire ici. La microfiction est une affaire de forme littéraire : nourrie par les brèves, les faits-divers les plus sordides ou les plus impropables – souvent les deux à la fois d’ailleurs -, la microfiction condense l’essence d’une information en quelques phrases tout au plus.

Plus récemment, c’est Richard Brautigan, auteur de nouvelles, novellas, romans et poèmes, qui laisse tomber sa plume dans l’encrier de la brièveté. Je vous fais partager cet exquis récit-express, tout droit tiré d’un fait-divers :

L’effet Scarlatti.

– Ce n’est pas facile de vivre dans un studio à San Jose avec un homme qui apprend à jouer du violon. C’est ce qu’elle a dit aux policiers, en leur tendant le revolver vide.

La vengeance de la pelouse, Richard Brautigan, Christian Bourgois, 2003, « L’effet Scarlatti », p. 64 – ISBN 9782267016604. 15€.

Publié dans Microfiction, Notes | Laisser un commentaire

À vision, vision et demie


Il y a des visions de différentes sortes et de différentes portées.

Emmanuel Macron se « fout des programmes », c’est la vision qui importe. Regardez cette courte vidéo jusqu’au bout, le medley donne une image furieusement foutraque.

Thérèse d’Avila avait des visions, nombreuses sont celles et ceux qui s’en sont inspiré. Vous pouvez aussi lire Bretécher…

Thérèse d'Avila

Publié dans Notes | 1 commentaire

Âmes slaves


Un tchétchène. Un russe. Quarante-six ans à eux deux. Les bombardements ont fait de leur cave un abri. Pas de maison à habiter. Il reste un corps à occuper, une âme à arpenter. Ils ont fui à talon perdu. Ils parlent tous deux la langue de Tolstoï, prosodie du lointain Oural. Ils marchent vers un lendemain qui conjure un hier défaillant. Ils ont une maturité d’avance et une sensibilité en étendard. Épaules droites, regards pétillants, pensée en mouvement, leurs mains jointes en calice dans lequel s’écrit le poème.

Résultat de recherche d'images pour "lande désolée après la guerre"

Lande désolée. Source image.

Merci de ne pas reproduire tout ou partie des images et textes présents sur ce blog sans m’en demander l’autorisation. Ils sont ma propriété. EVD.
Publié dans Poésie | Laisser un commentaire