Samedi 8/06 le nu, la peinture…

et Éros en fait toute une histoire ! Dernière séance de notre cycle annuel Écrire Éros, c’est l’occasion d’échanger sur nos perceptions sensuelles dans les peintures. Synesthésies, correspondances : peinture et écriture tissent là des textures serrées par l’entremise des fils et des lignes.

Danaë ou la pluie d’or, Gustav Klimt. 73 x 88 cm. DR.

Mots et toile

Samedi 18/05 une pincée de mythologie

« Persée délivrant Andromède », détail. MBA Lyon, terre cuite de Joseph Chinard, 1791. H. 129 cm, L. 50 cm, P. 69 cm. Legs Joseph Chinard, 1813, Inv. H 799.

« Quand tu arriveras près de Méduse », dit la déesse à Persée, « ne regarde que le reflet de la gorgone dans le bouclier. Ainsi, elle ne pourra pas te changer en pierre. »

Quelques frissons saupoudrent cet atelier consacré au mythe de Persée. L’objet de notre attention sera la sculpture de Joseph Chinard (photo), dont je vous proposerai une lecture décalée et une exploitation à la fois visuelle et littéraire ! Venez faire frémir vos plumes pour cet avant-dernier atelier du cycle Écrire Éros !

Mots et toile

Jeudi 9/05 L’histoire à venir, 2

Céramique, Ule Elwelt. D.R.

Le festival L’histoire à venir prend ses quartiers dans la ville rose pour la troisième année consécutive. Du 23 au 26 mai 2019, Patrick Boucheron et François Hartog animeront des débats en compagnie de nombreuses équipes sur le thème « En commun ».

Structures de l’existence – Cellules, Louise Bourgeois, D.R.

Le propos des historiens est de réengager l’histoire dans un mouvement dynamique de par son écriture et le matériau mouvant que forme le présent.

Tel est le propos du festival, dont sont partenaires la librairie Ombres Blanches, les éditions Anacharsis et l’Université Jean-Jaurès.

Pour les 2 ateliers d’avril et mai à Ombres Blanches, que j’intitule L’histoire à venir, 1 et L’histoire à venir, 2, les propositions d’écriture sillonnent les siècles.

En mai, de l’ère paléolithique à aujourd’hui, par quel creuset l’homme se frotte-t-il à ce qu’il y a d’humain ? Comment les récits d’hier irriguent l’aujourd’hui ? Quel matériau cela produit-il ? Une journée pour écrire en résonance avec le passé dans une écriture résolument contemporaine et affranchie, heureuse de dire le monde avec poésie.

Mots et toile

Jeudi 11/04 l’histoire à venir, 1

Grotte de Lascaux

Le festival L’histoire à venir prend ses quartiers dans la ville rose pour la troisième année consécutive. Du 23 au 26 mai 2019, Patrick Boucheron et François Hartog animeront des débats en compagnie de nombreuses équipes sur le thème « En commun ». Le propos des historiens est de réengager l’histoire dans un mouvement et dynamiser son écriture de la richesse mouvante du présent. Tel est le propos du festival, dont sont partenaires la librairie Ombres Blanches, les éditions Anacharsis et l’Université Jean-Jaurès.

Pour les 2 ateliers d’avril et mai à Ombres Blanches, que j’intitule L’histoire à venir, 1 et L’histoire à venir, 2, les propositions d’écriture sillonnent les siècles.

En avril, de l’ère paléolithique à aujourd’hui, par quel creuset l’homme se frotte-t-il à ce qu’il y a d’humain ? À travers une galerie d’images diachronique, ce sera l’écriture d’une odyssée d’hier à demain qui occupera les écrivant-e-s.

Mots et toile

Samedi 6/04 Roman-photo

Cut up 18/11/2017, Elise Vandel

En avril, Le Cabinet sort de l’écriture pure en vous proposant une après-midi consacrée à la confection d’un livret inspiré du roman photo. Riche de narration, hybride, non-institutionnel, le roman-photo débride les imaginations.

C’est naturellement qu’il prend toute la place qu’il doit occuper dans le cycle Écrire Éros. Travaux plastiques à la clé, je vous apporterai tout le matériel pour que vous confectionniez un livret à l’aide de collages et découpages, au fil d’une narration que vous structurerez lors de l’atelier.

Mots et toile

Jeudi 14/03 au printemps, les poètes

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.

La journée d’atelier de mars fonctionne avec la pulsation de la 20e édition du Printemps des poètes. 4 propositions pour dire le beau et l’émerveillement. La forme sera la prose poétique, qui mêle narration et poésie.

Mots et toile

Samedi 9/03 la peau, support des sensations

Deux hommes tatoués, époque Edo, D.R.

La peau est l’organe qui s’offre à tous les vents, qui crépite sous les morsures du soleil. L’épiderme s’embellit sous l’effet de l’aiguille, fin stylet qui distille encre et motifs de beauté. La peau est un support d’expression et un support de sensations. À propos des liens entre la beauté et la douleur, que dit Le Tatouage de Junichirô Tanizaki ? La seconde est-elle nécessairement le corollaire de la première ? Un atelier pour travailler le conte autour de l’art du tatouage.

Chaque instillation d’encre lui coûtait un effort infini ; chaque mouvement pour enfoncer et retirer l’aiguille lui arrachait un profond soupir, comme s’il perçait son propre cœur comme un asservissement total.

« Le Tatouage », Junichirô Tanizaki, première parution 1901, nombreuses rééditions.

Mots et toile

Les ados écrivent

Carte de l'île de Manabé Shima, carnet à histoires et motifs japonais : ambiance pour écrire une nouvelle située sur l'archipel japonais

Atelier ados : Écrire une nouvelle qui se situe au Japon.

Vous avez entre 10 et 15 ans ? Vous aimez écrire ? Rejoignez-nous lundi 25, mardi 26 et mercredi 27 février de 14h00 à 16h30. En trois après-midis, approchez-vous d’un Japon inventé, raconté, créé pour des que naissent des histoires : les vôtres !
Terre de paradoxes, le Japon fascine. De par ses couleurs, ses traditions mêlées à la modernité, sa solennité et son rythme fulgurant, ce chapelet d’îles n’a pas fini de livrer ses secrets ! Le Japon est à la croisée des chemins : esprits, fantômes, sensibilité aux saisons, croyances reliées à la nature et en l’au-delà, attention au quotidien. Autant d’éléments à la portée des apprentis écrivains. Aussi, écrire une nouvelle qui se passe au Japon est la proposition du Cabinet d’écritures pour les vacances d’hiver 2019. Durant trois séances, les ados sont au cœur de la création littéraire. Utilisez l’écriture comme un moyen de re-connecter avec ce qui nous passionne pour construire un monde écrit, qui a des contraintes et des exigences, et nous porte vers la liberté.
Mots et toile

Samedi 23/02 Va dans ta chambre !

Va dans ta chambre ! Visuel Ronald Curchod 2019 Fondation écureuil pour l’art contemporain.

Espace de soi, lieu intime, la chambre d’ado, plus qu’aucune autre, reflète l’état intermédiaire de l’adulte à venir, de l’enfant toujours présent. En bloc, en poésie, en dialogues, trois propositions d’écriture pour rencontrer les chambres… tant aimées !

Mots et toile

Jeudi 14/02 La fille au Leica

La fille au Leica, Helena Janeczek, Actes Sud, 2018.

« La fille au Leica » retrace la vie de Gerda Taro, photographe et compagne de Robert Capa. Helena Janeczek lui rend hommage dans cette biographie narrative parue aux éditions Actes Sud en 2018. D’une structure romanesque subtile, qui met en parallèle trois témoins qui sont autant de prismes pour rendre la tessiture de la vie maillée serrée de Gerda Taro, « La fille au Leica » donne un portrait lumineux de cette jeune femme émancipée. Elle vécut en résistante, en exilée, en militante, et c’est la découverte récente de la valise mexicaine qui permet d’apporter un éclairage neuf sur sa vie.

C’est sur les pas de la photographe que nous ferons un saut dans l’histoire. J’ai intitulé ainsi cette journée d’écriture qui fait le focus sur l’Histoire comme matériau nourricier pour l’écriture, qu’elle soit poétique ou prosaïque. Durant une journée d’écriture à la librairie Ombres Blanches, la matrice historique sera le catalyseur de votre écriture, avec des propositions qui vont de la poésie à la narration.

Gerda Taro, c’est pire qu’un effacement. […] Ce qui est pire que la mort c’est la disparition. Or effectivement, à un moment Gerda Taro a disparu de la mémoire. On a beaucoup accusé Capa, qui était son compagnon, et qui tout de suite après la mort de Gerda Taro a publié un livre d’hommage qui s’appelle « Death in making », La Mort en action, et ce livre est signé Robert Capa et en sous-titre « Photos de Robert Capa et Gerda Taro ». Ensuite il y a toute une série de photos et personne ne sait lesquelles sont de Taro et lesquelles de Capa. Mais tous les versos des tirages qui sont déposés dans les agences de photo, particulièrement chez Magnum, portent la mention Gerda Taro et cette mention est soit rayée, soit superposée pour être remplacée par « Copyright Robert Capa, Magnum ».

François Maspero, L’ombre d’une photographe, Points, 2016.

Immergez-vous dans ce moment d’histoire en écoutant cette émission de France Culture.

Mots et toile